mardi, 18 décembre 2018

 

 Le bouleau est une espèce pionnière (comme l'Aulne) car il accepte des sols pauvres, mais humides et ensoleillés (espèce de pleine lumière). Le bouleau absorbe et évapore beaucoup d'eau. Il ne supporte pas les territoires trop secs. On ne le rencontre pas dans le Midi de la France.
 Le Bouleau pubescent est plus nordique que le Bouleau verruqueux ; on le rencontre jusqu'en Sibérie et au Groenland. Il demande aussi plus d'humidité. 
Légendes et traditions : dans la mythologie romaine, les verges de bouleau ont été utilisées pour la flagellation et la "purification" des condamnés ; elles entouraient la hache symbolique des licteurs. Dans l'astrologie celtique, le bouleau est "l'inspiration".
Utilisations : le bois du bouleau est léger et uniforme. Il sert en plaquage et en menuiserie. Le bouleau est intéressant pour tout ce qui est bois de pliage à cause de ses qualités mécaniques : une fois plié à la vapeur, il garde aisément sa forme. Certains bouleaux sont exploités pour le déroulage : on fabrique des bâtons à glace, des abaisse-langues, des bâtons à peinture, etc. Les marchés asiatiques sont friands de sa couleur blanc crème.
Son écorce a pu remplacer le papier (elle est fine) ou être découpée en bardeaux en couverture de toits car elle est imperméable. De la sève, on tirait le "vin de bouleau", dans le Nord de l'Europe, en Russie et en Amérique du Nord. La sève est aussi utilisée à des fins médicales. On obtient une huile par distillation des bourgeons résineux. Enfin, du fait de ses huiles essentielles, son bois brûle facilement et est apprécié en bois de chauffage. Planté dans un jardin, il faut savoir que le bouleau disséminera du pollen et que centaines personnes peuvent être allergiques.
Plus dans cette catégorie : « Aubépine Cerisier »