samedi, 23 juin 2018

 

Le tronc rectiligne du châtaignier comprend une écorce fissurée en longueur et d’un coloris brun foncé. Ses feuilles caduques sont alternes, longues d’une vingtaine de centimètres, pétiolées, coriaces et à grosses dents pointues. En automne, ce feuillage passe par un joli jaune, qui vire rapidement au marron. Comme chez le chêne et le hêtre, deux arbres de la même famille, les feuilles de châtaignier restent sur l'arbre une partie de l'hiver. 
Ce végétal ne fleurit qu’au bout d’une vingtaine d’années, donnant en été des fleurs mâles en chatons jaunes, dressés de 10-15 centimètres et des fleurs femelles petites, à la base de chatons. Ses fruits sont formés d’une bogue aux très nombreuses épines souples et qui renferme deux à trois châtaignes.
L’appellation botanique du châtaignier, « castanea », provient de Castanis, une ville antique située en Turquie. Originaire d’Asie Mineure, cette espèce fruitière a été introduite dans les Cévennes par les Romains.
Les fruits de cet arbre, les châtaignes, sont comestibles et font l’objet de recettes de cuisine délicieuses. Autrefois, ils constituaient une bonne partie de l’alimentation des ruraux, essentiellement en hiver. Le bois du châtaignier est imperméable et élastique et sert à fabriquer des piquets, des parquets, des tonneaux, mais aussi des panneaux de particules, de la pâte à papier et des meubles.