jeudi, 21 juin 2018

 

Écorce se détachant par écailles brun rougeâtre à gris.
Feuillage persistant. Aiguilles de 2 à 3 cm, quadrangulaires, piquantes, disposées en brosse sur le rameau, sur des coussinets protubérants.
Légendes et traditions : Dans la mythologie grecque, l'épicéa est dédié à Artémis, déesse de la Lune et de la vie sauvage, protectrice des femmes qu'elle assiste aux accouchements : l'épicéa est l'arbre de la naissance. Cette tradition est reprise par les Chrétiens : l'épicéa est associé à la naissance de Jésus, qui est fêtée le 24 décembre, date du solstice et de la renaissance du soleil. C'est en Alsace qu'apparaît le "sapin de Noël", qui était souvent une branche d'épicéa. Cette tradition est introduite en France en 1870. Aujourd'hui, l'Abies nordmanniana est le plus apprécié pour cet usage. 
Utilisations : l'épicéa est le conifère le plus répandu en Europe et une des essences les plus utilisées pour le reboisement. Pourtant, l'épicéa ne favorise pas le milieu qui l'accueil : le sous-bois et l'écosystème riche en invertébrés et végétation est appauvri dans les forêts d'épicéas. La violente tempête de fin 1999 a eu raison de cette mode et la tendance est revenue vers davantage de panachage résineux et feuillus. Son bois, de faible densité, mais résistant, facile à travailler, est avantageux pour les travaux de charpente en raison de la régularité de son tronc. La partie haute du fût est utilisée pour la lutherie : il sert à fabriquer les tables de résonance de divers instruments. Il faut pour cela des arbres ayant poussé lentement, uniformément et régulièrement. 
L'épicéa fournit également une pâte tendre dotée de fibres longues appréciées pour la papeterie. Son écorce est employée pour le tannage.